Un maudit dans la forêt

Aller en bas

Un maudit dans la forêt

Message  Maître Linaor le Sam 10 Nov - 23:02

Aux alentours de Serna, non loin de la rivière que l'on surnomme l'eau noir, Maître Linaor reprenait péniblement son souffle. Il avait bien crû finir noyé. Elle n'avait pas hésité à l'envoyé au bas de la cascade se souciant peu de ses chances de survie. Il avait peut-être été un peu trop loin dans sa provocation cette fois-ci surtout qu'Aior n'était plus là pour tenir son élève en laisse et qu'elle se retrouvait seule maître à bord.
Il se releva, dague en main, elle n'allait pas lâcher l'affaire. Il avait vraiment été loin... mais elle n'y allait pas de main morte lorsqu'il s'agissait de réparties...
Il eut juste le temps de se dissimuler dans l'ombre des feuillage avant qu'elle n'apparût au bord de la rivière.
"On joue les lâches maintenant ?! N'as-tu donc pas même le courage de tes propos ?"
Typique de sa part... Elle n'était jamais tant bavarde qu'en pleine chasse à l'homme. Il n'était pas très rassurant de se savoir sa proie. Il eut donc la courtoisie de répondre d'un bon coup d'estoc visant le creux de ses reins.
Habituée à se genre de combat, la Dame esquiva par réflexe et riposta , multipliant feinte et coups pour submerger son adversaire. Linaor tout aussi rapide mais réfléchissant trop se trouva bientôt en fâcheuse posture. N'ayant pas l'habitude d'être dominé, il se mit à paniquer, ce qui lui fit commettre une erreur fatale.
Dame Lomi en profita pour placer une clef, prenant ainsi un avantage décisif.

Maître Linaor lâcha son arme.
"Très bien,dit-il, je suppose que je te dois des excuses."
Ce dernier échange de coup n'avait durer que quelques secondes, mais il était essoufflé, avait subi bon nombre de blessures,sans compter qu'il avait l'impression de toujours avoir de l'eau dans les poumons. Il n'aspirait plus qu'à refermer ses plaies et se reposer à présent,mais pour cela il fallait d'abord que Lomi se calme.

Il s'agenouilla alors, tel un élève devant son maître.
"Ma dame, veuillez pardonner, mes paroles blessantes et mon attitude inappropriée"
Cela n'eut pas l'effet escompté. Elle continua à le larder de coups ; aucun n'était mortel, mais leur ensemble serait venu à bout de n'importe quel homme mortel. Le sang noir du maître coulait à flot d'innombrable blessures qu'il n'arrivait plus à refermer. La Dame était cruelle, elle frappait juste et là où cela faisait mal sans pour autant commettre l'impardonnable erreur de le tuer. La souffrance était tel que Linaor sentit son esprit chanceler. Il devait avoir imploré pitié sans même sans rendre compte car Lomi lui répondit d'une rire haut perché qu'il se faisait encore des illusions...

Le rythme des coups s'espaça ; il s'affaiblissait rapidement et la douleur lui embrasait l'esprit. Il essaya de se concentrer sur cette douleur pour la maitriser mais n'y parvint pas. Il sentait son esprit lui échapper. Dans le feu de ses pensées une froide terreur monta en lui, mais il n'était déjà plus maître, ni de son corps, ni de son esprit ; il se retrouvait réduit au rôle d'observateur impuissant.

Les coups cessèrent complétement mais la douleur ne s'arrêta pas pour autant. Elle montait à présent de l'intérieur de son être. Ses os se déformaient, sa peau se déchirait. Il hurla, cri de bête traquée, rugissement d'animal blessé.
Il regarda sa main qu'il ne reconnut pas. De sombres écailles perçaient sa chair, alors que ses doigts s'allongeaient en griffes acérées.

Une nouvelle vague de douleur le terrassa, il se tortillait à terre comme un ver, hurlant, crachant, sifflant tel un serpent.
Il perdit connaissance à maintes reprises, jamais assez longtemps à son goût car la douleur le réveillait. Jusqu'au moment la douleur disparut complétement et qu'une froide compréhension envahit son esprit.

Ses sens avait changés. Les odeurs étaient plus fortes et plus nombreuse et la faibles lumière perçant à travers le feuillage le faisait ciller. Il voulut parler mais les mots étaient durs à articuler. IL se contenta alors de tirer une langue fourchue et de laisser échapper un long sifflement de colère. Elle le comprendrait, d'ailleurs elle ne devait pas être loin.
Il sentait son odeur sur sa langue, elle était même tout près à l'attendre.

Bien. Il se redressa sur ses postérieurs aux muscles hypertrophiés. Ramassa sa dague de la main droite avant de la relâcher décidant que ses nouvelles griffes iraient tout aussi bien. D'un bond puissant il passa la rivière et se mis en chasse de sa tourmenteuse.

On put entendre porté par le vent un sifflement lugubre.

" Ssacun son tour, très ssère..."
avatar
Maître Linaor
Membre des Cercles

Messages : 41
Points : 146
Réputation : 2

Feuille de personnage
Lieu de résidence: Serna
Métier/Fonction: Assassin Masqué
Année de naissance: 1702

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum